• Liège, mai 2019 - Premières rencontres francophones de la copropriété.

    Les premières rencontres francophones de la copropriété ont eu lieu à Liège les 9 et 10 mai derniers. Il s'agissait d'une co-organisation du Syndicat National des Propriétaires et Copropriétaires (SNPC), la Faculté de Droit, de Science politique et de Criminologie de l'Université de Liège et la Chambre nationale française des experts en copropriété (CNEC).

    A l'initiative de l'évènement, la CNEC qui depuis plusieurs années déjà souhaitait nouer des contacts avec des professionnels belges de la copropriété.

    Pendant deux jours, ce fut l'occasion pour de nombreux spécialistes de la copropriété (professeurs d'université, avocats, notaires, syndics d'immeubles, géomètres, architectes etc.) d'échanger et de partager leurs expériences et expertises sur cette matière principalement en France et en Belgique.

    Mais il s'agissait également de faire un comparatif avec sur ce qui se fait dans d'autres pays de la Francophonie avec Yves PAPINEAU avocat émérite à Montréal pour le Québec, Mohamed EL OUAGARI Professeur à l'INAU pour le Maroc, Roland SAVARY gérant d'immeubles pour la Suisse et Nathalie PRUM CARRE et Michel NICKELS avocats à Luxembourg pour le Grand Duché de Luxembourg.

    Les trois thèmes retenus étaient, dans cadre de demi-journées présidées respectivement par Gilles ROUZET Conseiller honoraire à la Cour de Cassation de France, Olivier de CLIPPELE Notaire et Vice-Président du SNPC et Michel PAQUES, Juge à la Cour constitutionnelle de Belgique :

    - vieillissement et obsolescence des copropriétés (état, travaux et fonds de réserve)
    - gouvernance et pouvoirs (tensions internes, gouvernance, AG, syndic, Conseil syndical, Conseil de copropriété, copropriétaires)
    - finances et c

    Français

    Cet article est réservé aux abonnés.

    Devenez membre et recevez un accès illimité aux articles et bien d'autres avantages.

     

     

    Vous êtes déjà membre ?

     

  • 26 mai le choix vous appartient !

    Depuis plus de 40 ans, le Syndicat National des Propriétaires et Copropriétaires n’a de cesse d’agir au niveau de nos responsables politiques pour les interpeller et relayer vos préoccupations de propriétaires, de bailleurs et de copropriétaires.

     A ce titre, les élections du 26 mai prochain revêtent une importance capitale. Pour la deuxième fois consécutive, les citoyens désigneront leurs représentants pour trois niveaux de pouvoir : les Régions, le fédéral et l’Europe ! Comme vous l’avez vu dans notre édition du Cri du mois d’avril, le SNPC a travaillé pour établir un « cahier de revendications » qui a bien entendu été transmis aux différents partis politiques. Celui-ci définit ce qui nous semble prioritaire pour les cinq années à venir mais n’exclut bien entendu pas d’autres problématiques auxquelles nous ne manquerons pas d’être attentifs.

    7 questions … et des règles claires !

    Parallèlement à cette première démarche, nous avons voulu vous proposer un outil, sous la forme d’un questionnaire, pour vous permettre d’éclairer certains points et d’affiner ainsi votre (vos) choix futur(s) dans les urnes. Le questionnaire auquel nous avons soumis les différents partis politiques se veut objectif et fait appel à votre seul jugement, en fonction de vos sensibilités. Pour cela, il nous a fallu établir quelques règles claires et transparentes :

    1) Nous avons choisi d’interroger toutes les formations politiques disposant d’au moins un groupe parlementaire officiellement reconnu dans une assemblée parlementaire. Il y en a cinq et nous vous présenterons les réponses dans l’ordre alphabétique des partis : le cdH, DéFI, Ecolo, le MR et le PS.
    2) Ces cinq formations politiques se sont vues soumettre no

    Français

    Cet article est réservé aux abonnés.

    Devenez membre et recevez un accès illimité aux articles et bien d'autres avantages.

     

     

    Vous êtes déjà membre ?

     

  • Depuis 2010, la loi impose l’existence entre la copropriété et le syndic d’un contrat écrit. Rien de plus simple et de plus clair : consigner les droits et obligations de chaque partie dans une convention ainsi que les rémunérations y afférentes. Pourtant, des non-dits, des conditions financières peu explicites ou incomplètes ont persisté et restent source de litiges !

  • Par Emmanuelle Causse, Directrice de l’UIPI

    Le 26 mai prochain se dérouleront également les élections européennes. Si ces élections sont moins médiatisées que les élections fédérales belges, elles n’en sont pas moins importantes. Pour en comprendre les enjeux, l’Union Internationale de la Propriété Immobilière a dressé un inventaire des politiques et législations européennes qui ont un impact sur les propriétaires immobiliers et leurs biens.