Indexation des loyers : La Secrétaire d’Etat au logement est très mal informée !

Le CRI n°463 - Avril 2022
Indexation des loyers : La Secrétaire d’Etat au logement est très mal informée !

Nous avons relaté dans le CRI de mars dernier l’intention de la Secrétaire d’Etat au logement, Mme BEN HAMOU (PS) de limiter à 2% l’indexation des loyers à Bruxelles.  Heureusement, ce projet a été recalé grâce à la vive opposition de DEFI et de l’OPEN VLD, partenaires de la majorité bruxelloise.

Dans une interview donnée au journal L’ECHO du 22.02.2022, Mme BEN HAMOU a exprimé toute son amertume sur l’échec de son funeste projet. Pour elle, les propriétaires qui indexent le loyer s’enrichissent sur le dos des plus précaires.  Pour elle, quand les loyers sont indexés – ici à la hausse – ils ne rediminuent jamais. Pour elle encore, l’inflation que l’on connaît fin 2021 et début janvier 2022 n’a jamais été aussi forte.

Elle a tout faux.

L’indexation automatique des salaires, des allocations sociales et des loyers permet de limiter l’érosion du pouvoir d’achat due à l’inflation. Il n’y a nullement un enrichissement tant des salariés que des allocataires sociaux et des propriétaires qui voient leurs dépenses augmentées corrélativement.

Le rapport annuel 2021 de la Banque Nationale de Belgique (page 132) reprend un graphique très utile sur l’évolution de l’inflation entre 2008 et 2021. Nous le reproduisons ci-dessous.

Ce graphique nous démontre que :

  1. En 2008, l’inflation (indice santé en ligne rouge) s’élevait à plus de 5% comme en 2021.
    Prétendre que l’indice santé n’a jamais été aussi haut en 2021 est donc incorrect, il était même tout juste un peu plus faible qu’en 2008.

  2. Tant en 2009 qu’en 2015, l’indice santé est passé en zone négative pendant plusieurs mois. Les loyers ont donc été naturellement adaptés vers le bas. Ils ont donc bel et bien diminué. Prétendre que les loyers ne sont jamais diminués, c’est donc incorrect aussi.

En conclusion, la Secrétaire d’Etat serait bien inspirée de mieux s’informer sur l’évolution dans le temps de l’inflation mais aussi de comprendre que l’adaptation des salaires, allocations sociales et des loyers ne constituent vraiment pas une source d’enrichissement.

Pourrions-nous imaginer que le PS (parti qu’elle représente) défende au niveau Fédéral de limiter l’indexation des salaires et des allocations sociales à 2% quand l’inflation est de 5,21 % en 2021 ?

Nous attendons avec impatience de lire une telle proposition du PS au niveau Fédéral.

Cet article n'est valide qu'à la date où il a été publié.